Législatives en Seine-et-Marne. Quatre maires mènent la fronde contre l’extrême droite

Face au score réalisé par le RN lors de l’élection présidentielle, quatre maires de la 3e circonscription appellent Patrick Septiers à retirer sa candidature pour les législatives.

C’est une situation peu habituelle qui se produit actuellement sur la 3e circonscription de Seine-et-Marne. En effet, alors que Marine Le Pen et le Rassemblement national ont réalisé un score inédit lors de la dernière élection présidentielle (41 % sur le plan national et 43 % au niveau départemental), de nombreux élus commencent à s’inquiéter d’une possible percée de l’extrême droite lors du prochain scrutin en date, à savoir les élections législatives des 12 et 19 juin.

C’est le cas de quatre maires et élus communautaires du département, à savoir François Deysson, maire de Villecerf et vice-président de la communauté de communes de Moret Seine & Loing, Denis Miguet, maire de Cannes-Écluse et vice-président de la communauté de communes du Pays de Montereau, Pierre-Yves Nicot, maire de Mormant et vice-président de la communauté de communes de la Brie nangissienne, et Christian Poteau, maire de Machault et président de la communauté de communes Brie des rivières et châteaux.

« Une candidature par esprit de revanche »

« Nous, signataires de la présente et élus des quatre communautés de communes de la troisième circonscription de Seine-et-Marne, partageons une réelle inquiétude. Marine Le Pen, est arrivée en tête au second tour dans 42 communes de notre circonscription, après avoir recueilli 27 % des voix sur l’ensemble des communes au premier tour. Au regard de ces résultats, nous constatons l’existence d’un risque majeur de voir notre circonscription représentée par le Rassemblement national, à l’issue des élections législatives de juin prochain », écrivent ainsi ces derniers dans une lettre cosignée.

Face à cette crainte, ces élus estiment que le député sortant, Jean-Louis Thiériot, « s’impose comme le candidat naturel des partis de gouvernement de notre circonscription » et demandent à Patrick Septiers, de retirer sa candidature.

« Si toute candidature peut être légitime, dans le contexte actuel, au vu de la situation d’urgence que nous connaissons, nous appelons Patrick Septiers, à faire preuve de responsabilité en renonçant à une candidature de division dans un pur esprit de revanche », affirment-ils.

« Je me demande qui doit se retirer »

De son côté, le candidat de la majorité présidentielle ne voit pas les choses de la même façon : « C’est un peu fort. Le député LR sortant a soutenu une candidate (Valérie Pécresse, ndlr) qui a fait à peine 4 % sur la circonscription, alors que moi j’ai soutenu un candidat qui a fait 22 %. Donc je me demande qui doit se retirer, questionne Patrick Septiers. Si le seul argument, c’est de faire barrage au Rassemblement national, c’est plutôt moi qui devrais me présenter et Jean-Louis Thiériot qui devrait se retirer », ajoute-il.

« Je trouve cette lettre un peu étonnante, surtout en ce qui concerne François Deysson, qui est aussi président de l‘association des maires ruraux de Seine-et-Marne (AMR 77). Car, même s’il ne signe pas ce texte en tant que tel, tout le monde sait qu’il a la double casquette et cela pose un problème en termes de neutralité, estime de son côté Jacques Drouhin, fondateur de l’AMR 77. Et puis, François est aussi vice-président de la CCMSL et maintenant, je crains que ce soit difficile pour lui de travailler sereinement au sein de l’intercommunalité », conclut l’ancien maire de Flagy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.